Semaine de la parentalité du 14 au 19 octobre sur Orcines en partenariat avec la CAF

2019
08.10

Soirée tapas Jazz, avec le groupe « Hot House Quartet » Le 28 Septembre 2019

2019
08.09

Spectacle: Entrée libre, participation libre

Buvette et Tapas sur place

La section de scrapbooking organise un « atelier enfant » le 21 septembre de 14h30 à 17h00

2019
08.09

Escape Game : Les dieux sont en colère – Samedi 6 juillet Place de la Liberté – Orcines

2019
22.06

Déroulé de la journée:

10h30 : début de l’aventure.

12h30 / 14h00 : Pique-nique sorti de vos sacs, une buvette sera à votre disposition.

15h00 : fin de l’aventure … si vous avez réussi à apaiser la colère des dieux !

Inscription

Amicale laïque d’Orcines :  06 87 33 66 07

Bibliothèque d’Orcines :      04 63 66 95 36

Effervescences présente : 50 MÈTRES « La légende provisoire » – Mercredi 19 Juin à Montrodeix , avec la participation des enfants de l’école de La Font-de-l’Arbre

2019
05.06

Bouquins Solidaires du 19 au 31 mai

2019
18.05

Concert exceptionnel de Môrice BENIN – vendredi 5 Avril 2019 – 20h30 – Foyer rural d’Orcines

2019
17.03

Plus d’une centaine de milliers d’albums vendus : Quarante ans de vie (et 40 disques) pour les chansons de cet homme dont l’inspiration ne s’essouffle pas. Un prix de l’académie Charles Cros, l’Olympia à deux reprises, un prix de la SACEM, un public fidèle et fervent, justifiant la longévité d’une carrière hors-norme…

« Benin sait écrire des chansons et sait chanter. Mieux que ça, il chante, et quand il chante ça sort profond, avec des pleins et des reliefs, avec des réserves de fraternité, de passion et d’humour.

« Môrice, le vieux lion a de l’allure. Les cheveux en bataille, le visage illuminé par sa formidable énergie, la gorge largement ouverte pour jouer de sa voix comme d’un instrument. Il captive les regards, accroche les cœurs, libère les énergies. Avec lui, on se sent l’envie de changer le monde, de reprendre la bataille, de rêver à de nouveaux possibles. Il porte tous les combats d’un monde qui ne veut pas accepter la tragédie d’une destruction promise. Ne croyez pas qu’il se lance dans un récital politique, bien au contraire ! C’est un poète, il insuffle l’énergie par la métaphore, la délicatesse de visions prophétiques, l’enchantement de récits intimes, la plongée dans les cultures anciennes. Il est conteur, chantre et marabout, mage et sapajou.

 C’est d’abord la beauté des textes qui s’impose, comme un coup de poing qui vise le cœur. Puis la musique fait l’amour au message, le sublime, le transcende tandis que les deux voix des artistes provoquent frissons et émotions.

 Le répertoire est constitué de nouvelles chansons dont certains poèmes de Luc-Marie Dauchez, auteur magnifique. Quarante ans à battre les estrades, et pourtant jamais Morice n’a cessé d’écrire tout en honorant les plus grands.

 Il est encore vivant même s’il échappe à la grosse machinerie médiatique. On peut le comprendre aisément, voilà un bonhomme diablement subversif qu’il convient d’écarter des oreilles passives. Il se moque de lui, de son passage sur terre qui ne va pas s’éterniser. Il vient chatouiller les arpions de la camarde, lui glisse quelques jolis pieds de nez tout en affirmant que les paroles lancées ainsi en l’air, lui survivront. On sort de ce récit envoûtés et subjugués devant tant de beauté, tant de force et tant de poésie.

Le diable de bonhomme a même concocté deux ou trois chansons qui feraient des succès si un programmateur honnête daignait les diffuser au grand public. Mais cette époque est révolue, nous devons accepter d’être des privilégiés qui avons l’immense bonheur d’entendre ce que le plus grand nombre ignorera toujours… ». Comme il aime à se définir : « je suis pourtant très connu de ceux qui me connaissent! »

Son public d’aujourd’hui est double : de sa génération, bien sûr … mais aussi, et de plus en plus, des jeunes venant le découvrir.

La Bourse aux Livres 17 Mars 2019

2019
08.03

Amicale Laïque d’Orcines, FCPE La Font de l’Arbre, Coop scolaire de La Font de l’Arbre

en partenariat avec

Parce que le destin d’un livre dont on souhaite se séparer peut-être autre chose que la cave, la poubelle jaune ou la déchetterie… donner ses livres devient désormais un geste solidaire.

Vous aussi partagez, donnez, et devenez acteur de la promotion du savoir comme vecteur de paix et d’émancipation ici en Auvergne et là-bas au Mali.

Dans le cadre de son action « les bouquins solidaires » Kodon offre un service de récupération de livres d’occasion auprès des particuliers, des associations, des entreprises et des collectivités locales.

Son but est de donner une deuxième vie aux ouvrages, et de participer au financement de programmes éducatifs, économiques et culturels au Mali (création de jardins d’enfants et d’une marque de textile à partir de tissus traditionnels) et en Auvergne (promotion des cultures ouest africaines), mais aussi de sensibiliser aux questions d’environnement, de culture et de solidarité internationale.

Le projet se décline autour de boîtes à lire installés au sein de structures partenaires et s’inscrit dans une dynamique de réemploi d’objets usagers. Il est soutenu par la région Auvergne Rhône-Alpes.

Donnez des livres dont vous voulez vous séparer

Ne jetez pas vos livres … Pensez à la collecte (pas de livres abîmés ou aux contenus obsolètes ((manuels scolaires, dictionnaires, encyclopédies, etc.…) ni de livres de clubs, revues, journaux ou guides de voyages.)

L’association Kodon va leur offrir une seconde vie en les réintégrant dans le circuit marchand. Vous pourrez suivre les actions mises en œuvres grâce à vos dons.

La Fête du Court Métrage 16 Mars 2019 Foyer Rural d’Orcines 20H00

2019
08.03

L’amicale laïque d’Orcines présente l’ATR dans « la noce chez petits bourgeois »

2019
19.02

« LA NOCE CHEZ LES PETITS BOURGEOIS »
de Bertolt Brecht – Atelier Théâtral Riomois
Samedi 23 Février 2019 20 h 30
Foyer rural d’Orcines

Durée
1 h 30 / Tout public

C’est la fête ! Ou plutôt c’est la noce ! La famille est réunie pour le mariage e de Maria et de Jacob. Il y a là le père, la petite sœur, des amis de la famille et la mère qui est  en cuisine et apporte le premier plat : « Voilà le cabillaud ! »
On boit, on danse, on chante aussi des chansons de circonstance pas  toujours très délicates ! Le père ressasse interminablement ses histoires qui n’intéressent personne.
Mais très vite la situation se dégrade. Les esprits échauffés par la bois
son perdent leur bonne humeur… On en vient aux mots qui blessent, aux phrases qui grincent, aux violences verbales et aux violences tout court.
Brecht a écrit cette courte pièce dans les années 20. Il s’agit d’une farce un peu délirante, voire d’une pochade à la mode bavaroise, à l’image de ce que proposait à la même époque le longiligne Karl Valentin, le pitre des brasseries munichoises.
Et l’ATR retrouve avec bonheur un compagnon de jeu théâtral dont l’humour n’est jamais totalement innocent.
« Rire de tout mais pas avec n’importe qui ». Qui a dit cela ?